France-Fourgon.com
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

France-Fourgon.comConnexion

France-Fourgon.com : Forum de fourgons aménagés

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyPériple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Appel aux fourgonautes qui seraient allés en Roumanie; des conseils? Merci par avance.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
La Roumanie est un très beau pays. Par contre les routes sont souvent.......locales.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
bonsoir,
nous avons fait la Roumanie en 2011 , en effet les routes étaient en très mauvais état des trous et encore des trous !
très difficile de dépasser 20 kmh
on avait suivit le Danube d'Allemagne jusqu'en Roumanie : très beau voyage
on est pas allez à Bucarest qui est à voir avec son grand "palais"
ni au delta du Danube qui vaut le coup , j'y était allé en 1978 en moto
à cause des routes et on a appris trop tard que les routes qui mènent à la capitale était bonnes
a l'époque la carte bancaire était rarement prise malgré les logos sur les portes des commerces , on trouve facilement des distributeurs
pour les bivouacs :Allemagne :aires ,camping , parking
Autriche : camping obligatoire
Hongrie : camping de Budapest à l’allée et au retour
Roumanie : en sauvage et dans 2 campings

ne pas oublier la vignette en entant en Autriche , Hongrie et Roumanie
j'ai sauté la Slovaquie : on c'est fait racketté par la police à la sortie de Bratislava après avoir visité la ville , du coup on à quitté le pays

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Merci de votre note. A quelle époque y avez-vous voyagé?

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
bonjour , ,
nous avons fait ce voyage en juillet et jusqu'à mi août

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Quelles étaient les conditions météo à cette époque, chaleur, humidité ?

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Nous avons fait la roumanie 2 fous en septzmbre. Le climat y est ideal.
Je précise, pas en fourgon mais sac a dos et transports licaux....train bus voutures et ...même charette.
Perso je crains d aller dans ces pays avec mon propre véhicule à cause du racket

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
quel racket ??

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Ça a un lien avec Roland Garros ? Very Happy

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Les emmerdements surtout a la frontiére. Je dis bien que perso juste avec un sac sur le dos pas de pb.
Sinon en Roumanie que ce soit en Maramures à Bucarest ou dans le delta ou ailleurs nous avons été super bien reçues. Que de super souvenirs.
Pour les pb frontaliers ça à surement évolué en bien. Les échos que j ai eu sont anciens.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
bonsoir
le climat l'été est de type méditerranéen , la Roumanie faisant partie de l'UE aucun problème à la frontière et nous n'avons eu aucun racket

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
ah je pensais que c'était plutôt un type continental, c'est à dire très chaud l'été et très froid l'hiver

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
j'y suis allé que l'été et les 2 fois il faisait chaud et sec comme en Provence ou en haute Provence dans certains coins
j'ai comparé avec le climat de chez moi , il doit être en effet de type continental

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
après la Roumanie c'est grand. Il y a différents climats. fin septembre nous avons eu la neige au lac BALEA  en transylvanie et quelques jours plus tard nous nous sommes baignés à Constanza sur la mer noire.  Pour le lac Balea nous y sommes allés depuis CURTEA de ARGES  mais je ne suis pas sûre que l on passe en fourgon. j ai le souvenir de tunnels en mauvais état ou du bétail avait élu domicile. je pense que l accés principal est plutôt côté SIBIU. Pour vous donner une idée
Au lac BALEA
Périple en Roumanie - des conseils? 03_tra12
une idée de la route pour le lac BALEA côté SIBIU. La route s appelle la Transfagarassan.  nous ne l avons pas faite en voiture mais survolé car nous avons fait la descente côté SIBIU en téléphérique. Je pense que de ce côté là on monte en fourgon et la haut on peut se caser pour la nuit. il y a  bar resto hotel; Nous y avons dormi. c'était super sympa. Ce sont vraiment des coins qui valent le coup et sortent des sentiers battus.
Périple en Roumanie - des conseils? 03_tra15


a COSTANZA quelques jours plus tard
Périple en Roumanie - des conseils? Voyage13

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
en fait nous avons fait le voyage via les petites routes vers la Roumanie et sommes heureux de constater que c'est un pays magnifique, très bucolique, peu fréquenté par les touristes et où il est très facile de s'arrêter pour la nuit au milieu de paysages splendides que se soit en bivouac ou en camping (plus rares). Les grandes villes malheureusement sont moins plaisantes à part Sibiu, Oradea et Brasov qui sont très belles. On ne ne connait pas Bucarest par contre. Le Delta du Danube est très impressionnant et mérite amplement le détour même si cela occasionne quelques frais car il faut y entrer par les voies fluviales, prendre un guide, rester en hotel dans les villages de pêcheur. Enfin, la gentillesse des roumains avec qui on a le contact très facile est un grand plus. La nourriture et les produits très sains (il y a peu d'agro industrie) et le coût de la vie est divisé par 3.Périple en Roumanie - des conseils? P1010610[url=https://servimg.com/view/19570314/106]

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Bonjour,
Toujours aussi joli votre Ayers Rock.

Avez vous un blog avec le récit de votre périple ?

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Admin a écrit:
Bonjour,
Toujours aussi joli votre Ayers Rock.

Avez vous un blog avec le récit de votre périple ?

Non mais je peux développer si vous voulez...

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Bonjour, oui un sujet assez complet sur la Roumanie cela intéresserai beaucoup de monde (dont moi) car c'est un pays formidable parait il, je l'ai frôlée par le nord mais n'y ai pas mis les roues. Si les roumains sont aussi sympas que les ukrainiens des Carpates, alors c'est une super destination.

J'avoue que vos récits, conseils et infos m'intéresseront beaucoup.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
J'ai passé une semaine en roumanie, noel 1985... voyage organisé à l'époque, ma fille avait 6 ans, aux environs de Brasov. A l'époque c'était oppressant. J'avais l’impression d'être dans film d'après guerre. On voulait tout nous acheter : les vêtements bien sûr, les filles nos sous vêtements, et en dollars. Dans les rues que des R12 ! Le dernier repas, nous avons été "dérangés" les morceaux de poulet, quelques bout de viande autour des os. La guide dans le bus ne pouvait pas nous parler de la réalité du moment elle était contrôlée. Par contre les roumains étaient très très sympathiques : le jour de Noel, ma fille était la seule enfant de l’hôtel : ils ont voulu lui fêter noël, ainsi nous avons eu le Père Noel et des cadeaux en bois que nous avons encore en souvenir. C'est heureusement pour eux une époque révolue, je l'espère de tout coeur. Depuis 3 ans déjà je reporte (pour des raisons diverses...) le voyage car je veux absolument y retourner : le programme est fait pour 2 mois.
Je connais des personnes qui y sont allés et qui en reviennent ravis. Oui je suis sûre que c'est un beau voyage à faire. Les paysages y sont magnifiques et la nature encore un peu sauvage: attention aux chiens errants cependant, ne pas caresser, ne pas les approcher, les éviter quoi !
Bons voyages à tous.
Martine

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Admin a écrit:
Bonjour, oui un sujet assez complet sur la Roumanie cela intéresserai beaucoup de monde (dont moi) car c'est un pays formidable parait il, je l'ai frôlée par le nord mais n'y ai pas mis les roues. Si les roumains sont aussi sympas que les ukrainiens des Carpates, alors c'est une super destination.

J'avoue que vos récits, conseils et infos m'intéresseront beaucoup.


D'accord, je m'y colle.


Après avoir traversé la Hongrie par les petites routes du sud, nous sommes entré en Roumanie par Oradea qui a un magnifique centre ville de style art nouveau récemment rénové, sans doute avec les fonds structurels européens et ça se voit. Très belle synagogue aussi. Un camping très agréable sur les hauteurs en pleine agglomération dans un site tout en escalier. Le jeune proprio est un peu roublard mais l’endroit est accueillant. L’idée est de visiter le pays dans un mouvement circulaire dans l’ordre inverse des aiguilles d’une montre mais en évitant les plaines mornes du sud et Bucarest.

Tout d’abord le massif des Apuseni, belles montagnes culminant à 1300 mètres peuplées d’authentiques villages traditionnels tout en bois. C’est la Roumanie rurale et pastorale d’un autre âge. Gorges encaissées, alpages, routes de crête étroites mais fiables, attelages tirés par des chevaux, labours faits à la main, un relief moutonnant, des fleurs partout, des grottes préhistoriques, le fameux glacier souterrain de Scarisoara. Aussi l’extraordinaire plateau de Padis où les locaux se sont appropriés avec l’accord des autorités du parc naturel, une petite vallée en altitude parcourue par une rivière. On peut s’y installer comme on veut au milieu des troupeaux de moutons en résidence d’été et diner si on le souhaite dans l’une des trois petites gargotes faites de bric et de broc. Excellente soupe au lard et aux haricots, viandes grillées, le tout arrosé de bière Çes grand format ou de palinka, alcool de prune local très gouteux. Le plateau est le point de départ de grandes randonnées de plusieurs heures très bien signalées.

Après avoir parcouru les Apuseni dans tous les sens et expérimenté quelques pistes semi-carrossables sans problème pour nos véhicules, rencontré ours et vu de loin des loups, on s’est dirigé vers le sud et les régions des mines de fer autour d’Hunedoara. Le contraste avec la campagne est rude et la traversée de chaque ville est malheureusement une petite épreuve. Ceausescu, fort des ses mines de fer, de charbon et de ses puits de pétrole bon marché, a fait construire un haut fourneau dans chaque grande bourgade. A la chute du communisme le nouveau régime a bradé ses sites industriels et certains se sont retrouvés la propriété d’Arcelor Mittal. On connaît la suite : ici comme ailleurs, le conglomérat a fermé les sites suite à la chute des cours de l’acier et du dumping chinois. Les roumains ont subi la crise comme les autres et les installations disgracieuses vides et désertées sont comme sont la plaie du centre ville. Si l’industrie lourde était l’obsession du régime communiste, l’agriculture l’intéressait moins. Certes il reste quelques vestiges des grandes fermes collectives de l’époque mais pour la plupart les installations sont petites, à échelle humaine et chaque villageois possède son petit lopin de terre autour de la maison avec quelque fois une vache ou des chèvres, poules et bien sur un cochon; Des légumes et des fruits en pagaille garantis 100 pour cent bio car personne n’a les moyens de se procurer des produits phyto sanitaire. D’ailleurs pourquoi faire ? Du coup, les produits achetés directement sur le bord de la route, dans les villages ou les marchés sont très sains, variés et délicieux. La Roumanie est le 3eme plus grand producteur mondial de miel. Partout on voit des installations de ruches, parfois même en batterie sur des remorques de poids lourds stationnées en pleine nature. Et ça ne coûte que 5 euros le kilo !

Plus loin, en naviguant entre les beaux parcs nationaux de Retezat et Gradistea, nous avons voulu rejoindre Sibiu au nord par une route dite transalpina à partir de Petrosani. Plutôt que de pousser vers l’est et rejoindre la fameuse Transfaragan qui culmine à plus de 2000m ce qui aurait été une alternative spectaculaire. Malheureusement, ce n’était pas le meilleur choix car la transalpina s’est révélée une piste caillouteuse avec des nids de poule monstrueux sur plus de 50 kms. Nul doute que cette route sera comme la Transfaragan refaite dans un avenir assez proche. Néanmoins ce fut un calvaire. A la presque fin, nous avons pris sur la droite à Sugag, monté un très joli col au milieu des mélèzes pour finir enfin sur un plateau qui nous a mené doucement à Sibiu.

D’inspiration très Mitteleuropa, la ville est magnifique, aussi pour le coup, on a pris une chambre en ville pour la visiter tranquillement. Après cela, direction de Medias au nord pour la découverte des villages saxons aux églises fortifiées, Mosna, Biertan, Alma Vii et rencontre avec la population de la minorité austro hongroise qui parle toujours un dialecte allemand. Magnifiques villages avec leurs grandes rues bordées de maisons à frontons de couleur différente et les églises luthériennes fortifiées avec leurs murs d’enceinte impressionnantes de force et de simplicité parfaitement conservées. A Viscri, on a pu bivouaquer au cœur du village à l’ombre de la vieille église citadelle pas loin de la maison du … Prince Charles, oui le fils de Margaret, qui pour une raison obscure s’est passionné pour ces villages allemands et qui est à la tête d’une fondation pour leur sauvegarde. Sous le nazisme, sous prétexte de voler au secours de ces minorités opprimées, la Wehrmacht avait envahi le pays. À son départ, elles ont été persécuté par les libérateurs russes. A la chute du rideau de fer communiste, l’état moderne allemand a bondi sur l’opportunité pour offrir la nationalité automatique aux descendants de ces minorités saxonnes ‘prisonnières’ de l’Histoire. Ces populations ne se sont pas fait prier et les villages saxons se sont vidés, partiellement occupés depuis par des roms qui les ont remplacé pour y travailler la terre. De nos jours les jeunes générations complétement germanisées maintenant aisées reviennent au pays et se réinstallent dans les villages, rénovent les maisons et ouvrent même des B&B.
Au cœur de la région se trouve Sighisoara. Passons sur le château de Dracula qui n’a jamais existé que dans l’imagination de Bram Stocker. Jolie cité féodale quand même. Plus loin au Sud, Brassov, vieille cité médiévale très animée avec sa belle place centrale sur laquelle se trouve une superbe église orthodoxe dissimulé au fond d’un passage.

Ensuite, direction sud, sud-est par Buzau et ferry à Braila pour filer vers Tulcea (privilégier la route par Horia qui fait penser aux déserts de l’ouest américain). Voilà le delta du Danube. A ne surtout pas manquer même si cela veut dire laisser au quai votre van chéri pour embarquer sur un petit canot en direction de la biosphère réserve Unesco. La traversée sur les canaux dérivés d’un vieux bras du Danube au milieu de milliers d’aigrettes, flamands, pélicans, cygnes en tout genre dure deux bonnes heures mais ça vaut le coup. A l’arrivée dans un des villages de pêcheurs, accueil chaleureux d’un guide local parlant plusieurs langues et chambre sympa avec vue sur la mangrove et le fleuve. Au menu que des poissons d’eau douce, poissons chats, et écrivisses et autres délices. Cher certes, mais c’est unique. De là, on peut rayonner dans le tout le delta sur des petits canots non bâchés (gare au soleil) et atteindre la plage de Sulina sur la Mer Noire, dernier poste du bout du monde avec son cimetière envahi par les herbes où se côtoient marins et colons disparus provenant de toutes les nations européennes qui ont participé au développement commercial du fleuve depuis le 19eme siècle. Dans le sud du delta, il est possible d’accèder par la route et à Murighiol, on peut trouver un terrain pour camper et louer un canot pour déambuler sur les canaux, mais c’est moins sauvage que dans la partie nord. Il y avait pas mal de vent donc aucun moustique dans la région.

Ensuite direction nord en suivant de Tulcea la belle la route longeant le Danube, re ferry puis enfin des centaines de Kms plus loin, Piatra Neamt pour enfin savourer en boucle la Bucovine et ses extraordinaires monastères peints et ses charmants monts verdoyants. Toujours en bivouac, on se fournissait en eau dans les petits ateliers de mécanique sur le bord de la route. Il y a des Carrefour Express partout où l’on trouve les mêmes produits que dans le reste de l’Europe mais 3 fois moins cher. Sur le bord des routes, les gens se déplacent à pied pour se rendre d’un village à un autre, les femmes de tout age apprêtées à la tenue soignée et quelque fois vêtues d’un costume traditionnel. A partir de 4 heures de l’après midi les villageois font souvent la causette sur un banc devant la maison; Il est très facile de communiquer. Soit en français mais le plus souvent, c’est l’anglais qui est le plus répandu. On n’est pas loin de la Moldavie pour ceux que ça tente en recherche de plus grande authenticité encore. Les villages toujours dans leur ‘jus’ y sont encore tous en bois et le mode de vie assez pauvre est traditionnel.

Ensuite cap à l’est en passant par le col Prislop pour la découverte des Maramures (et ses églises en bois), province qui soit disant, serait restée encore plus dans son jus qu’ailleurs. Ce n’est pas tout à fait vrai car jadis très rurale et pauvre, elle a vu en intégrant l’Europe ses jeunes générations émigrer en masse; devenus des quadras, les gens reviennent au pays profiter d’un taux de croissance élevé, des nombreuses opportunités de travail et se font construire avec leurs économies glanées à l’ouest de grandes maisons modernes au lieu et en place des demeures en bois qui faisaient jusqu’à présent le charme et la réputation du coin. C’est à la fois dommage mais inévitable et il faut être un touriste en mal d’exotisme pour y trouver à redire.
À Visus de Sus, on peut prendre le petit chemin de fer à vapeur qui remonte la vallée escarpée et y passer la journée pour pique niquer. Le tortillard prend un temps fou pour arriver au terminus, puis revenir au dépôt et le paysage n’est pas particulièrement spectaculaire ; cependant c’est l’occasion de se mêler aux touristes roumains et voir comment ils s’y prennent pour passer un bon moment en famille. Grillades, danses folkloriques, chansons et palinka. Très convivial. Au retour, il faut vraiment jeter un œil au petit musée informel de la gare qui évoque la vie de la communauté juive qui peuplait avant guerre les Maramures. C’était là aussi le départ des trains qui emmenaient les déportés vers les massacres d’Ukraine. Tristesse, mêlée de colère...

Mention très spéciale pour Sighetu Marmatei et son musée des victimes de la dictature communiste dans une ancienne prison. Très bien documenté et très impressionnant. D’ailleurs, il faut après une petite glace ou une bonne bière pour s‘en remettre. Le voyage roumain se termine par une très jolie route qui descend au centre du pays sur Cluj-Napoca et son centre ville historique et très animé. Retour en Hongie par la route du sud en contournant les Apuseni. Passé la frontière à Arad le paysage devient plat comme le dos de la main et je recommande une étape au camping un peu roots de Scezed qui est pourvu de piscines en plein air remplies d'eau chaude des sources sulfureuses. le centre ville 19 mme siècle est très beau, rénové et la synagogue extraordinaire.  

Un petit mot enfin sur la méthode de préparation du voyage. En plus des cartes locales de Transylvanie et Carpates achetées sur internet, il y a la lecture méticuleuse de LA carte Michelin pour ses fameuses routes vertes dignes d’intérêt (on peut toujours s'y fier) ; ensuite le Routard souvent iconoclaste qui permet d’éviter les sentiers archi battus à condition de bien lire entre les lignes. Enfin une fois sur place, l’aide de Park4night pour les bivouacs. En Roumanie, les campings ne sont pas légion mais il est très facile de se garer pour la nuit à peu près n’importe où. En plus en cas de pépin ou d ‘ennuis mécanique, trouver un docteur ou autre, il suffit de s’adresser à n’importe quelle personne qui se mettra en quatre et alertera ses voisins pour vous aider. Les roumains sont absolument charmants sans exception et il faut absolument visiter le pays avant qu’il ne se transforme trop par le tourisme.

Dernière édition par flex99 le Sam 23 Nov 2019 - 16:56, édité 4 fois

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Oh merci beaucoup.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Bonjour,
Merci beaucoup pour ce compte rendu détaillé. J'ai prévu de faire à peu prêt le même itinéraire mais en sens inverse. Martine (dit Moth) est une adepte du Guide du routard, quant à moi je consulte le guide vert de Michelin. Je l'apprécie pour ces itinéraires conseillés de région en région comme aussi ceux à faire à pied dans les villes. Pour les cartes je me fie également aux cartes Michelin et ces fameuses routes bordées de vert. J'utilise le logiciel INT Converter avec lequel on peut justement charger les cartes Michelin entre autres et je planifie mon parcours très précisément pour ensuite le transférer sur mon GPS. Ensuite on se laisse guider sans hésiter toute fois à faire un petit détour si des panneaux nous y invitent ou si le cœur nous en dit. Nous utilisons aussi Park4night pour les bivouacs, une application absolument géniale qui nous a déjà réservée de bien agréables surprises. Normalement, l'année prochaine nous devrions réaliser ce voyage tant attendu par Martine.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
l'application Park4night est géniale particulièrement dans un pays où les touristes ne sont pas si nombreux comme la Roumanie ou même l'Écosse mais ailleurs les bivouacs répertoriés sont très vite pris d'assaut par les CC et ça casse souvent le charme de la découverte. Et comme c'est souvent le cas, un camping cariste ou un fourgonnaute va se coller à son congénère quitte à lui bloquer la vue sur le paysage même s'il y a de la place un peu plus loin.

Dernière édition par flex99 le Mar 19 Nov 2019 - 17:26, édité 1 fois

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Oui, c'est vrai, mais comme nous utilisons et même en France quasiment que les petites routes surlignées en vert de Michelin et hors saison, nous ne sommes pas trop embêtés par nos congénères à l'instinct grégaire, car fort heureusement, ils ne "s'écartent" pas trop, même en roulant, des sentiers battus. On a trouvé, fin septembre début octobre des endroits superbes et déserts en forêt de Tronçais, ou dans le Cantal, voir même chez nous en Dordogne, et chaque fois je dis "Merci Park4night" Wink Périple en Roumanie - des conseils? 1148888457

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
flex99 a écrit:

Non mais je peux développer si vous voulez...




Bonjour et merci pour le compte-rendu.

A ce sujet, connaissez vous MyAtlas qui permet de faire de beau compte-rendu avec photos et géolocalisation des paragraphes ?

A titre d'exemple, vous pouvez vous rendre sur les nôtres ici mais ça fonctionne également en blog.

@ +

Stéph.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Steph59270 a écrit:
flex99 a écrit:

Non mais je peux développer si vous voulez...




Bonjour et merci pour le compte-rendu.

A ce sujet, connaissez vous MyAtlas qui permet de faire de beau compte-rendu avec photos et géolocalisation des paragraphes ?

A titre d'exemple, vous pouvez vous rendre sur les nôtres ici mais ça fonctionne également en blog.

@ +

Stéph.


je regarderais , merci

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
JiCé a écrit:
Oui, c'est vrai, mais comme nous utilisons et même en France quasiment que les petites routes surlignées en vert de Michelin et hors saison, nous ne sommes pas trop embêtés par nos congénères à l'instinct grégaire, car fort heureusement, ils ne "s'écartent" pas trop, même en roulant, des sentiers battus. On a trouvé, fin septembre début octobre des endroits superbes et déserts en forêt de Tronçais, ou dans le Cantal, voir même chez nous en Dordogne, et chaque fois je dis "Merci Park4night" Wink Périple en Roumanie - des conseils? 1148888457


oui c'est vrai la plupart du temps et cette application est vraiment miraculeuse parfois comme pour trouver des bivouacs en Suisse ou en Autriche là où il y a très peu d'espace public car tout y est privatisé.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Steph59270 a écrit:
flex99 a écrit:

Non mais je peux développer si vous voulez...




Bonjour et merci pour le compte-rendu.

A ce sujet, connaissez vous MyAtlas qui permet de faire de beau compte-rendu avec photos et géolocalisation des paragraphes ?

A titre d'exemple, vous pouvez vous rendre sur les nôtres ici mais ça fonctionne également en blog.

@ +

Stéph.

Bravo pour votre blog hyper précis et original sur la Norvège. Il se trouve que c'est ma prochaine destination et si vous me le permettez, je vais bien m'en inspirer!

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Bonsoir,

Pas de soucis, c'est fait pour...

@ +

Stéph.

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Steph59270 a écrit:
Bonsoir,

Pas de soucis, c'est fait pour...


... petite question: j'ai l'habitude de prendre nos 3 vélos avec moi, juste pour visiter les villes et non faire des perfs ou du sport. D'après vous, est-ce que c'est pertinent en suivant votre périple norvégien très montagneux la plupart du temps et est-ce que je ne risque pas de m'embarrasser pour rien? merci. Félix

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
Un grand MERCI à Flex99 pour sa description très précise de son périple en Roumanie qui relance chez nous un vieux projet de voyage...
JG32

descriptionPériple en Roumanie - des conseils? EmptyRe: Périple en Roumanie - des conseils?

more_horiz
flex99 a écrit:


D'accord, je m'y colle.


Après avoir traversé la Hongrie par les petites routes du sud, nous sommes entré en Roumanie par Oradea qui a un magnifique centre ville de style art nouveau récemment rénové, sans doute avec les fonds structurels européens et ça se voit. Très belle synagogue aussi. Un camping très agréable sur les hauteurs en pleine agglomération dans un site tout en escalier. Le jeune proprio est un peu roublard mais l’endroit est accueillant. L’idée est de visiter le pays dans un mouvement circulaire dans l’ordre inverse des aiguilles d’une montre mais en évitant les plaines mornes du sud et Bucarest.

Tout d’abord le massif des Apuseni, belles montagnes culminant à 1300 mètres peuplées d’authentiques villages traditionnels tout en bois. C’est la Roumanie rurale et pastorale d’un autre âge. Gorges encaissées, alpages, routes de crête étroites mais fiables, attelages tirés par des chevaux, labours faits à la main, un relief moutonnant, des fleurs partout, des grottes préhistoriques, le fameux glacier souterrain de Scarisoara. Aussi l’extraordinaire plateau de Padis où les locaux se sont appropriés avec l’accord des autorités du parc naturel, une petite vallée en altitude parcourue par une rivière. On peut s’y installer comme on veut au milieu des troupeaux de moutons en résidence d’été et diner si on le souhaite dans l’une des trois petites gargotes faites de bric et de broc. Excellente soupe au lard et aux haricots, viandes grillées, le tout arrosé de bière Çes grand format ou de palinka, alcool de prune local très gouteux. Le plateau est le point de départ de grandes randonnées de plusieurs heures très bien signalées.

Après avoir parcouru les Apuseni dans tous les sens et expérimenté quelques pistes semi-carrossables sans problème pour nos véhicules, rencontré ours et vu de loin des loups, on s’est dirigé vers le sud et les régions des mines de fer autour d’Hunedoara. Le contraste avec la campagne est rude et la traversée de chaque ville est malheureusement une petite épreuve. Ceausescu, fort des ses mines de fer, de charbon et de ses puits de pétrole bon marché, a fait construire un haut fourneau dans chaque grande bourgade. A la chute du communisme le nouveau régime a bradé ses sites industriels et certains se sont retrouvés la propriété d’Arcelor Mittal. On connaît la suite : ici comme ailleurs, le conglomérat a fermé les sites suite à la chute des cours de l’acier et du dumping chinois. Les roumains ont subi la crise comme les autres et les installations disgracieuses vides et désertées sont comme sont la plaie du centre ville. Si l’industrie lourde était l’obsession du régime communiste, l’agriculture l’intéressait moins. Certes il reste quelques vestiges des grandes fermes collectives de l’époque mais pour la plupart les installations sont petites, à échelle humaine et chaque villageois possède son petit lopin de terre autour de la maison avec quelque fois une vache ou des chèvres, poules et bien sur un cochon; Des légumes et des fruits en pagaille garantis 100 pour cent bio car personne n’a les moyens de se procurer des produits phyto sanitaire. D’ailleurs pourquoi faire ? Du coup, les produits achetés directement sur le bord de la route, dans les villages ou les marchés sont très sains, variés et délicieux. La Roumanie est le 3eme plus grand producteur mondial de miel. Partout on voit des installations de ruches, parfois même en batterie sur des remorques de poids lourds stationnées en pleine nature. Et ça ne coûte que 5 euros le kilo !

Plus loin, en naviguant entre les beaux parcs nationaux de Retezat et Gradistea, nous avons voulu rejoindre Sibiu au nord par une route dite transalpina à partir de Petrosani. Plutôt que de pousser vers l’est et rejoindre la fameuse Transfaragan qui culmine à plus de 2000m ce qui aurait été une alternative spectaculaire. Malheureusement, ce n’était pas le meilleur choix car la transalpina s’est révélée une piste caillouteuse avec des nids de poule monstrueux sur plus de 50 kms. Nul doute que cette route sera comme la Transfaragan refaite dans un avenir assez proche. Néanmoins ce fut un calvaire. A la presque fin, nous avons pris sur la droite à Sugag, monté un très joli col au milieu des mélèzes pour finir enfin sur un plateau qui nous a mené doucement à Sibiu.

D’inspiration très Mitteleuropa, la ville est magnifique, aussi pour le coup, on a pris une chambre en ville pour la visiter tranquillement. Après cela, direction de Medias au nord pour la découverte des villages saxons aux églises fortifiées, Mosna, Biertan, Alma Vii et rencontre avec la population de la minorité austro hongroise qui parle toujours un dialecte allemand. Magnifiques villages avec leurs grandes rues bordées de maisons à frontons de couleur différente et les églises luthériennes fortifiées avec leurs murs d’enceinte impressionnantes de force et de simplicité parfaitement conservées. A Viscri, on a pu bivouaquer au cœur du village à l’ombre de la vieille église citadelle pas loin de la maison du … Prince Charles, oui le fils de Margaret, qui pour une raison obscure s’est passionné pour ces villages allemands et qui est à la tête d’une fondation pour leur sauvegarde. Sous le nazisme, sous prétexte de voler au secours de ces minorités opprimées, la Wehrmacht avait envahi le pays. À son départ, elles ont été persécuté par les libérateurs russes. A la chute du rideau de fer communiste, l’état moderne allemand a bondi sur l’opportunité pour offrir la nationalité automatique aux descendants de ces minorités saxonnes ‘prisonnières’ de l’Histoire. Ces populations ne se sont pas fait prier et les villages saxons se sont vidés, partiellement occupés depuis par des roms qui les ont remplacé pour y travailler la terre. De nos jours les jeunes générations complétement germanisées maintenant aisées reviennent au pays et se réinstallent dans les villages, rénovent les maisons et ouvrent même des B&B.
Au cœur de la région se trouve Sighisoara. Passons sur le château de Dracula qui n’a jamais existé que dans l’imagination de Bram Stocker. Jolie cité féodale quand même. Plus loin au Sud, Brassov, vieille cité médiévale très animée avec sa belle place centrale sur laquelle se trouve une superbe église orthodoxe dissimulé au fond d’un passage.

Ensuite, direction sud, sud-est par Buzau et ferry à Braila pour filer vers Tulcea (privilégier la route par Horia qui fait penser aux déserts de l’ouest américain). Voilà le delta du Danube. A ne surtout pas manquer même si cela veut dire laisser au quai votre van chéri pour embarquer sur un petit canot en direction de la biosphère réserve Unesco. La traversée sur les canaux dérivés d’un vieux bras du Danube au milieu de milliers d’aigrettes, flamands, pélicans, cygnes en tout genre dure deux bonnes heures mais ça vaut le coup. A l’arrivée dans un des villages de pêcheurs, accueil chaleureux d’un guide local parlant plusieurs langues et chambre sympa avec vue sur la mangrove et le fleuve. Au menu que des poissons d’eau douce, poissons chats, et écrivisses et autres délices. Cher certes, mais c’est unique. De là, on peut rayonner dans le tout le delta sur des petits canots non bâchés (gare au soleil) et atteindre la plage de Sulina sur la Mer Noire, dernier poste du bout du monde avec son cimetière envahi par les herbes où se côtoient marins et colons disparus provenant de toutes les nations européennes qui ont participé au développement commercial du fleuve depuis le 19eme siècle. Dans le sud du delta, il est possible d’accèder par la route et à Murighiol, on peut trouver un terrain pour camper et louer un canot pour déambuler sur les canaux, mais c’est moins sauvage que dans la partie nord. Il y avait pas mal de vent donc aucun moustique dans la région.

Ensuite direction nord en suivant de Tulcea la belle la route longeant le Danube, re ferry puis enfin des centaines de Kms plus loin, Piatra Neamt pour enfin savourer en boucle la Bucovine et ses extraordinaires monastères peints et ses charmants monts verdoyants. Toujours en bivouac, on se fournissait en eau dans les petits ateliers de mécanique sur le bord de la route. Il y a des Carrefour Express partout où l’on trouve les mêmes produits que dans le reste de l’Europe mais 3 fois moins cher. Sur le bord des routes, les gens se déplacent à pied pour se rendre d’un village à un autre, les femmes de tout age apprêtées à la tenue soignée et quelque fois vêtues d’un costume traditionnel. A partir de 4 heures de l’après midi les villageois font souvent la causette sur un banc devant la maison; Il est très facile de communiquer. Soit en français mais le plus souvent, c’est l’anglais qui est le plus répandu. On n’est pas loin de la Moldavie pour ceux que ça tente en recherche de plus grande authenticité encore. Les villages toujours dans leur ‘jus’ y sont encore tous en bois et le mode de vie assez pauvre est traditionnel.

Ensuite cap à l’est en passant par le col Prislop pour la découverte des Maramures (et ses églises en bois), province qui soit disant, serait restée encore plus dans son jus qu’ailleurs. Ce n’est pas tout à fait vrai car jadis très rurale et pauvre, elle a vu en intégrant l’Europe ses jeunes générations émigrer en masse; devenus des quadras, les gens reviennent au pays profiter d’un taux de croissance élevé, des nombreuses opportunités de travail et se font construire avec leurs économies glanées à l’ouest de grandes maisons modernes au lieu et en place des demeures en bois qui faisaient jusqu’à présent le charme et la réputation du coin. C’est à la fois dommage mais inévitable et il faut être un touriste en mal d’exotisme pour y trouver à redire.
À Visus de Sus, on peut prendre le petit chemin de fer à vapeur qui remonte la vallée escarpée et y passer la journée pour pique niquer. Le tortillard prend un temps fou pour arriver au terminus, puis revenir au dépôt et le paysage n’est pas particulièrement spectaculaire ; cependant c’est l’occasion de se mêler aux touristes roumains et voir comment ils s’y prennent pour passer un bon moment en famille. Grillades, danses folkloriques, chansons et palinka. Très convivial. Au retour, il faut vraiment jeter un œil au petit musée informel de la gare qui évoque la vie de la communauté juive qui peuplait avant guerre les Maramures. C’était là aussi le départ des trains qui emmenaient les déportés vers les massacres d’Ukraine. Tristesse, mêlée de colère...

Mention très spéciale pour Sighetu Marmatei et son musée des victimes de la dictature communiste dans une ancienne prison. Très bien documenté et très impressionnant. D’ailleurs, il faut après une petite glace ou une bonne bière pour s‘en remettre. Le voyage roumain se termine par une très jolie route qui descend au centre du pays sur Cluj-Napoca et son centre ville historique et très animé. Retour en Hongie par la route du sud en contournant les Apuseni. Passé la frontière à Arad le paysage devient plat comme le dos de la main et je recommande une étape au camping un peu roots de Scezed qui est pourvu de piscines en plein air remplies d'eau chaude des sources sulfureuses. le centre ville 19 mme siècle est très beau, rénové et la synagogue extraordinaire.  

Un petit mot enfin sur la méthode de préparation du voyage. En plus des cartes locales de Transylvanie et Carpates achetées sur internet, il y a la lecture méticuleuse de LA carte Michelin pour ses fameuses routes vertes dignes d’intérêt (on peut toujours s'y fier) ; ensuite le Routard souvent iconoclaste qui permet d’éviter les sentiers archi battus à condition de bien lire entre les lignes. Enfin une fois sur place, l’aide de Park4night pour les bivouacs. En Roumanie, les campings ne sont pas légion mais il est très facile de se garer pour la nuit à peu près n’importe où. En plus en cas de pépin ou d ‘ennuis mécanique, trouver un docteur ou autre, il suffit de s’adresser à n’importe quelle personne qui se mettra en quatre et alertera ses voisins pour vous aider. Les roumains sont absolument charmants sans exception et il faut absolument visiter le pays avant qu’il ne se transforme trop par le tourisme.


Merci Beaucoup, c'est hyper intéressant et chargé de bonnes infos ! Wink
privacy_tip Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum